Inscription Newsletter Mensuelle

Recevez la lettre d'information mensuelle du blog en vous inscrivant ici. Un mail de confirmation vous sera envoyé. Il suffit de cliquer dessus pour valider votre inscription.
Les adresses "free" posent un problème. Vous risquez de ne pas recevoir la newsletter.


Recherche dans mon blog par ingrédient ou mot clé

Chargement...

Mes Voyages Culinaires: L'Andalousie!



C'est cette fois en Andalousie que je vous emmène pour mon nouveau "voyage culinaire". Comme vous le savez, c'est l'un des centres de la gastronomie espagnole. Alors profitons du soleil et des couleurs presque estivales pour arpenter les rues de Séville, goûter à a friture de Cadiz, manger des gâteaux à Arcos de la Frontera, boire un verre à Jerez et déguster un bol de Salmorejo qui n'a plus aucun secret pour nous! 

Dès mon arrivée à Séville, le soleil brille et c'est le moment, tôt le matin, de partir faire le marché de la "calle San Luis".


On y trouve l'asperge sauvage que nous reverrons plus tard. Nous ne traînons pas longtemps dans ce marché, car il y en a plein d'autres à faire...



Pas loin du marché, on se retrouve devant les anciens remparts de la ville. 



Mais ce qui m'intéresse en face des remparts et qui n'est pas spécialement andalous, est le fameux beignet espagnol... Le petit kiosque, qui ferme l'après midi, ne désemplit jamais le matin. 




Les churros se méritent et ce n'est finalement pas désagréable de faire la queue au soleil de Séville...




Victoire! Les churros sont en mains. Ils sont vendus au poids. Pas le choix, c'est minimum 250g!! Au moins, je ne manque pas d'énergie pour le reste de la journée.



Toujours dans la calle San Luis, on trouve comme partout, des maraîchers. Rien d'extraordinaire, sauf lorsque l'on est en Espagne et que tout prend un nouveau visage!




Coup de chance: c'est la saison des oranges. Partout en ville et dans la région, on trouve de beaux orangers qui colorent les rues.





Direction le couvent de San Leandro pour y acheter des "yemas". Pas question de voir les bonnes soeurs à l'oeuvre ni à la confection de ces petites douceurs. Il y a simplement un tourniquet.



On parle à travers la porte et on demande la quantité de "yemas" que l'on souhaite. Et hop! Magie! Le paquet arrive après que la monnaie ait été récupérée par le tourniquet. 



Voici la boîte avec les fameux yemas. 



Bon, comment dire... C'est spécial... Je n'ai pas pris la photo du yemas coupé en deux car je n'ai pas pu finir. Je pense qu'il faut manger ce gâteau dès l'enfance pour en apprécier les subtilités. Une grosse croûte de glaçage au sucre et au blanc d'oeuf et un intérieur de jaune et de sucre cuit...


Cela a beau, comme je l'ai dit, ne pas être une spécialité andalouse, on est quand même en Espagne. On trouve donc des cafés à churros et chocolat chaud.




La recette des churros est archi-simple et je vais vous la mettre sur le blog très vite!




L'une des pâtisseries les plus réputées de Séville est Ochoa.




Si l'on souhaite dévorer des "polvorones", il faut absolument goûter ceux d'Ochoa.



Une autre spécialité: le "torrija". Une sorte de pain perdu trempé dans un sirop de miel et de sucre. On voit là, qu'on se rapproche des pâtisseries nord africaines. L'une et l'autre se sont influencées au cours des siècles et on retrouve beaucoup de similitudes. 




Le reste des pâtisseries a sans doute moins d’intérêt pour un touriste français. Ce que j'aime, ce sont les spécialités locales!




Pour en revenir aux polvorones, j'ai acheté toutes les sortes, au moins celles de la boutique.




Pour autant je ne suis pas dans le jugement de valeur, mais quand c'est bon, il ne faut pas se priver pour le dire! Un délicieux sablé croustillant et fondant, qui se rapproche beaucoup des montecaos, mais en plus plat.




Un des autres gâteaux est à l'huile d'olive et aux amandes. Une petite merveille!




Impossible de venir à Séville sans visiter la cathédrale, construite sur une ancienne mosquée. Le clocher, la Giralda, est construit sur l'ancien minaret hispano-mauresque.



En parlant de la Giralda, la brasserie éponyme, est assez réputée. 




C'est le moment pour une bière bien fraîche et enfin quelques tapas! Car on ne vient pas en Espagne, d'autant plus en Andalousie, sans manger des tapas. Pour les rares personnes qui ne connaîtraient pas le concept, il s'agit en fait de tout ce qui peut se manger, mais en servi en petites assiettes et plus ou moins petites quantités. 



Il y a de quoi se mettre en appétit quand on lit un menu de tapas. Il y a en général tellement de choix! 




Comme ces délicieuses courgettes farcies...




L'un des musts pour un gourmand comme moi, c'est une grande assiette de jambon "Jabugo" ou "Pata Negra". Et le top c'est avec un bon verre de vin rouge.




Ces jambons sont parmi les meilleurs au monde. Les porcs ibériques, typiques du sud de l'Espagne sont nourris avec des glands. Ces cochons produisent naturellement beaucoup de gras, d'autant plus avec ces glands très riches en glucides.




Une autre petite merveille: les "croquetas" avec du jambon ibérique. Croustillantes sur le dessus, archi-moelleuse à l'intérieur. 




La balade continue avec toujours plein d'orangers et de clochers.




On peut trouver de vielles publicités sur les murs en faisant attention.




La "Casa de Pilatos" se trouve juste à côté du convent de San Leandro.






Partout dans la ville, on trouve des bars avec les fameux jambons suspendus.




Sous aucun prétexte il ne faut louper la visite de l'Alcazar. Après les bâtiments somptueux, on se retrouve dans les jardins immenses plein d'orangers.




Pour les enfants (ou les grands enfants!!), on peut se perdre dans le labyrinthe.




Cette photo représente pour moi assez bien l'ambiance de Séville: palmiers impériaux, orangers, ciel bleu...




On trouve même des citronniers. J'ai bien sûr goûté aux oranges dans la rue: elles sont immangeables, il fallait quand même bien essayer. Les citrons me paraissent par contre identiques à ceux que l'on achète.




Surtout, lever son regard...




Je me verrais bien avec une petite terrasse sympathique comme cela...




Après toute cette marche, un arrêt à la confiteria "La Campana" est quasi-obligatoire.




Avec Ochoa, c'est la plus fameuse de la ville.



La mise au point n'est pas claire, mais c'est sur les fruits confits qu'il faut porter son regard.



Il est tellement facile de repartir avec une petite douceur et un café que c'est impossible de résister!!




Une balance dans une pâtisserie? Oui mais c'est votre avenir qu'elle vous indique, pas le poids heureusement...



Non loin de là, cette étonnante structure imposante se tient sur une place.



Étonnamment, c'est presque naturellement qu'elle se fond dans le paysage. 




D'ailleurs pour être sûr de bien l'admirer, c'est assis en face avec un "chocolate con churros"...




Le soir venu, c'est encore un dîner de tapas avec ces trop délicieux beignets d'aubergines que l'on plonge dans un petit bol de salmorejo. Le croutillant de la chapelure, le fondant de l'aubergine s'unissent à merveille avec la fraîcheur du salmorejo.




Un autre plat typique de la région: de petits poivrons verts passés à la friture (toujours à l'huile d'olive), des oeufs et du chorizo...




Du fromage passé à la chapelure puis frit, toujours dans l'huile d'olive.





Direction Cadix! 




C'est évidemment au marché que je vous donne rendez-vous.





On retrouve de nouveau les asperges sauvages.






Et de petits escargots que les espagnols dégustent juste passés à la poêle. Il faut aimer.




On ne pourra pas louper les magnifiques jambons.



Le chorizo qui n'attendent que d'être cuisinés.




Cadiz étant en bord de mer, il y a plein de fruits de mer ultra-frais. 




Comme ces tranches de thon magnifiques. 




On trouvera de plus petits poissons, mais aussi des seiches, des chiens de mer...




Tout le marché s'articule d'ailleurs autour du marché de poissons, puis on retrouve autour les échoppes plus classiques.







Les magasins présentent tous les produits de la région.




Comme ce petit fromage de chèvre maintes fois récompensé, le "payoyo".



En passant, on ira admirer la cathédral "Santa Cruz" de la ville.


Bien sûr, il ne faut pas louper les petites pâtisseries, toujours à la recherche de la spécialité locale.


Ça tombe bien, il y en a justement une: le turron de cadix!



On trouvera également des "yemas" à la noix de coco.



Des tartes aux amandes et aux pignons (bonne idée à retenir!).



En repassant par la place "Topete", on passera déjeuner à "Las Flores"... Mais je vais consacrer un article entier sur ce restaurant...




Allons vite nous réfugier de nouveau dans une pâtisserie!! On remarque toujours les similitudes avec les pâtisseries tunisiennes, algériennes et marocaines.


Chaque pâtisserie a son interprétation du turron de Cadix. 



Ici à gauche, on trouve celle aux fruits confits et amandes. 



Essayons de ne pas trop baver sur la vitrine.




Je peux vous assurer que cette "torta de almendra" était vraiment très bonne. Vous me croyez? Tant mieux!


Cadix est souvent comparée à La Havane et beaucoup de tournages ont eu lieu ici. 



C'est vrai que par endroit on pourrait s'y croire. Mais pour être allé à La Havane plusieurs fois, je peux vous assurer que ce sont deux ambiances vraiment différentes.


On continue notre petite escapade en Andalousie à Jerez. 



Il faut aussi parfois lever le nez et admirer les bâtiments.


Ouf!! Il y a un marché. 


On va finir par croire que je passe ma vie dans les marchés. C'est pour moi un moment essentiel dans la visite d'une ville. 


On y trouve de délicieuses spécialités passées dans la chapelure. Je ne sais pas pourquoi mais ces "rollitos de chorizo" me faisaient de l'oeil. 



Comme partout ici, le marché aux poissons est le centre, puis on retrouve par quartiers les viandes et les fruits et les légumes. 


Jerez est connue pour ses vins et le célèbre vinaigre. C'est aussi une ville magnifique. 



Et les influences mauresques se font sentir. 


Partout encore les orangers débordant de fruits.



Une pause déjeuner à l'ombre pour un salmorejo bien frais avec plein de jambon. Aïe aïe aïe! 



Pour le goûter, on pourra goûter à cette spécialité de la ville: une sorte de gâteau très léger, contrairement aux apparences, qui a la texture et le poids des craquelins. 


Avant de se rendre à Arcos où c'est la saison des gâteaux, on peut passer à Bornos.



Une toute petite ville mais avec quelques endroits charmants.



On trouve surtout les bâtiments blancs typiques de la région.


Nous voilà donc à Arcos pour la fin du voyage. 


Pourquoi Arcos? Pour toutes les arches que l'on trouve dans la ville.


Je disais donc que c'était la saison des gâteaux et je ne plaisantais pas! Ces délices ne se vendent que pendant quelques semaines! 



Ils ne payaient pas de mine, j'ai donc été d'autant plus surpris par leur saveur surprenante. De l'huile d'olive, des amandes, de l'anis, du sucre... Dense mais très bon!



Arcos est sur une colline et surplombe la région. Dommage que je n'ai pas de photos, car il y a plein de champs d'olivier.



J'ai regroupé ici les gâteaux que j'avais achetés à Bornos et Arcos. Ils n'étaient pas forcément les plus beaux, mais ils étaient tous sans exception très très bons! 


Notre petit voyage se termine mais nous allons très vite pour découvrir plus en détails la friture de Cadix avec une visite exclusive de "Las Flores"! Encore mille mercis à Letitia pour son accueil et ses bonnes adresses. 


27 commentaires :

Irebe a dit…

Bernard j'adore votre blog :)) vous n'avez jamais été dans mon magnifique pays qu'est la Turquie ??

Melyne a dit…

Trop biens ces voyages ciulinaires qui nous donnent des tas d'idées de voyages futurs ; moi non plus je ne voyage jamais sans programmer de visiter les marchés, l'âme d'un pays!
Dis-donc , tu sembles toujours avoir les bonnes pistes, les bonnes adresses , comment fais-tu ?

Nathou Cuisine a dit…

Ah ! Enfin! ;-)

Veronique Not-iavarone a dit…

super j'étais en Andalousie y a 10 jours en regardant le lien j'ai l'impression d'y être encore, merci

Nathou Cuisine a dit…

Superbe ! J'irai peut-être en vacances là-bas cet été ! Tu es au régime maintenant ? Après toutes ces bonnes choses (surtout les tapas !) ;-)

Bernard a dit…

Merci pour les commentaires! Irebe: je suis allé plusieurs fois en Turquie, mais pas depuis 2010, année où j'ai commencé mon blog... Je ne manquerai pas d'y retourner et de rendre hommage à votre beau pays! Melyne: en fait je voyage dans le temps et je peux lire mon blog de 2013 et noter les bonnes adresses... ;-) Non, j'ai des amis un peu partout et notamment Letitia qui habite Cadiz. Pour le reste, je bouge et j'ai quelques guides dans la poche...! Pour le reste, non je ne suis pas au régime. C'est quoi d'ailleurs un régime??

Anièce a dit…

holala ! que de bons souvenirs ! que j'aime ce pays et ses gourmandises...juste : le sucré, je n'en suis pas très très fan....mais alors le salé, jamon boulettes ou croquettes, avec un bon vin ou une belle bière...bravo ! très beau billet qui retrace absolument et remarquablement toutes les particularités et spécialités de cette réion...
belle soirée

yamina farah a dit…

Bonsoir Bernard, Quel voyage culinaire, mes papilles en sont toutes retournées, vos photos sont sublimes et nous invite a y aller à notre tour.
Merci

Iz a dit…

Merci pour ce voyage gustatif! Je devais aller en Andalousie il y a quelques années et il a été reporté sine die... et ma moitié de sang espagnol caracole encore car j'attends encore l'occasion d'y aller...pas de régime à prévoir, certes mais bien des vêtements amples pour le retour!

verdin marie a dit…

Quand je vois tout ce qui vient de se dérouler sous nos yeux, je quitte la CATALOGNE de suite; depuis 8 ans que j'y viens,y ayant une villa, je n'ai pas encore découvert "leur" gastronomie!!! et, il y a un an et demi,traversant 4 fois l'espagne pour le MAROC, n'ai méme jamais pu visiter SEVILLE; avec, mon mari,quand on monte ds la voiture à Frejus-Saint-raphael,on s'arrète à Roses? puis on traverse tte l'espagne de nuit pour prendre le bateau rapide Algesiras-Ceuta, le premier!!! et remonter le Maroc jusqu'à AGADIR et je n'ai la chance de voir tous ces paysages qu'au retour: tous ces immenses champs d'oliviers, les maisons troglodytes, la Sierra Nevada mais jamais d'arrét: voilà ce que c'est que d'avoir épousé un mari qui faisait des rallyes et s'y croit encore et, rate à la retraite le plus beau! du coup, s'il ne vient pas au printemps prochain ( car là vient d'étre opérée à Perpignan en revenant aussi du Maroc,ne voulant payer la douane "actuelle" de la voiture,ai encore 6mois à me remettre, un an pour descendre, un an pour remonter a dit le chrurgien,c'est porquoi je vous lis fidèlement mais ne faitplus de comentaires,, et vous m'avez décidé d'aller prendre mon temps et visiter ttes ces belles villes ( leurs coutumes, je les aime moins car "barbares": les "galgos" torturés, la corrida sans chance pour le taureau, meme à MADRID, des chiots enfermés ds des pots en terre et que les enfants doivent tuer à coups de pierre car les enfants sont élevès ds la méme culture dès leur jeune age, et ,il existe,"horreur", un calendrier ou chaque mois on a le nom des villes ou çà se passe, mais c'est ds le sud que les lévriers sont torturés, le plus affreusement ,et tués par leurs maitres ( 200.000), cette année à la fin de la chasse car ils ont failli à "l'honneur"de leurs maitres et ne me dites pas, BERNARD, qu'ayant une amie là-bas, vous ne le savez pas; il y a le blog culinaire, le blog des photos et celui des traditions aussids un pays le tout va ensemble: amicalement: MARIE.

Anonyme a dit…

Merci pour ce voyage virtuel et gourmand.

Bonne continuation pour votre blog.

jacquet a dit…

merci Bernard pour ces magnifiques photos et cette belle ballade en Andalousie.
Ca donne envie d'y aller!
stéph

Bernard a dit…

Merci merci!
Marie Verdin: je sais bien tout cela, mais c'est mon choix de ne pas en parler ici. Ce sont deux sujets différents et je ne l'aborderai jamais ici. Car dans ce cas je dois appliquer le même procédé à la France et à tous les voyages culinaires que j'ai faits ou que je vais faire. Le Japon, les Etats-Unis, La Chine... Je parle ici de cuisine et pas de souffrance animale. Et croyez-moi quand je vous dis que j'y suis sensibilisé depuis mon plus jeune âge avec un père vétérinaire. Mais si l'on veut agir ou les dénoncer, c'est parfait, mais je ne le ferai pas ici sur mon blog dédié à la cuisine.

Bonnes recettes et savoir-faire a dit…

beau reportage, les asperges sauvages miam miam, je n'en mange malheureusement que lorsque je vais en bourgogne et qu' on les trouve en forêt ...

bullesdegourmandises a dit…

Très heureuses de nous être abonnées à ta news...quelle beau voyage dès le matin!
Merci pour ce partage tout en beauté et en gourmandises.
Belle journée
Amitiés Gourmandes
Sissi et Abrielle

Grenadine a dit…

J'allais repondre a Marie mais tu t'y es mis avant moi. Bretonne d'origine, je vis en Andalousie depuis plus de 20 ans et je connais donc toutes ces frustrations et revoltes qui ne sont malheureusement pas, par ailleurs, l'apanage de cette region ou de ce pays.
Merci pour la jolie ballade et la recette du salmojero. J'attends toujours les beaux jours avec impatience pour pouvoir le resservir.
Voyant ton gout pour le sucre, je m'etonne que tu n'ai pas mentionne le delicieusement ecoeurant "tocino de cielo".
A la prochaine recette

Stephanie Bautz a dit…

magnifique ce reportage....:-))

Cyrille Gadan a dit…

merci bernard.............

aube a dit…

Bonjour Bernard ! Dis-moi aurais-tu dans tes tiroirs la recette du chocolat chaud du fameux chocolate con churros ? Je n'ai jamais réussi à trouver en France un chocolat aussi épais et aussi bon ! Merci !

lebonpequery a dit…

merci pour le partage! Je suis déjà allée en Andalousie et j en garde un merveilleux souvenir! Bonnes vacances!

Cyrille Gadan a dit…

merci bernard.............

Anonyme a dit…

mmm G-E-N-I-A-L!!
juste une petite chose a remarquer:
les torrijas sont normalement des tranches de pain dur ambimées dans du lait avec de la canelle et du sucre plutot que dans le sirop de miel, puis on les mets un peu de farine et des oeufs batus pour les frire et dès qu'on les sort de la poele on les mets dans du sucre a la canelle

petit conseille d'une espagnole qui adore les torrijas et ton blog

félicitations

cisca a dit…

Merci pour ce joli reportage culinaire.
je n'ai été qu'une fois en Andalousie et pourtant je vais 1 à 2 par an à Valencia ou j'ai ma famille .
et du coup virtuellement j'ai pu retourner à Sevilla.
Bonne soirée
Cisca

Anonyme a dit…

Ces "yemas" me font penser aux "oves moles" portugais, il s'agit d'une confiture de jaune d'oeuf, sucré et surprenant.....

Joao a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Joao a dit…

Très bon blog! J'habite à Cadix depuis plus de 15 ans et je crois que tu as fait un très beau voyage culinaire dans la région. Cependant, je me permets de corriger une petite erreur: les escargots se mangent non pas à la poêle mais en sauce et préparés dans une grande casserole. J'espère que toi et les lecteurs du blog viendrez nombreux découvrir cette magnifique région. ¡Hasta pronto!

Marine Lemoine a dit…

Alors Bernard, je viens de découvrir votre blog qui est top. Et ce magnifique article sur l’Andalousie,et Séville en particulier. Je suis follement amoureuse de cette ville. Il y a un mois j'y ai vécu, pendant 2 semaines mais je peux dire que j'y ai vécu car j'ai partagé la vie d'une famille là-bas pendant ces 15 jours. Et que de bonheurs culinaires, je mangeais à chaque repas 2 fois plus qu'en France. Et si seulement j'avais découvert votre blog plus tôt, je crois que ces 15 jours auraient connu bien plus de découvertes et de magie encore. Alors merci de m'y avoir ramenée l'espace de quelques minutes. Bonne continuation :-)

Depuis Janvier 2010 ce sont plus de 450 recettes et 32 voyages culinaires que je vous ai préparés sur mon site avec plus de 13.000 photos!

Il y a maintenant plus d'un million et demi (!!) de visites mensuelles sur mon blog de cuisine! Merci!

Les textes, recettes et photos sont la propriété de Bernard et du site 'La Cuisine de Bernard'. Aucun droit de copie ou de réutilisation de tout ou partie de ce site sans autorisation!

Bonnes recettes à tous!

Inscription Newsletter Mensuelle