Inscription Newsletter Mensuelle

Recevez la lettre d'information mensuelle du blog en vous inscrivant ici. Un mail de confirmation vous sera envoyé. Il suffit de cliquer dessus pour valider votre inscription.
Les adresses "free" posent un problème. Vous risquez de ne pas recevoir la newsletter.


Recherche dans mon blog par ingrédient ou mot clé

Chargement...

Mes Reportages Gastronomiques: Les "Pastéis" de Lisbonne!



Depuis un an, je pense à trouver une recette parfaite de "pastéis de nata", surtout celle de la pâtisserie de Belém. Je suis passé par toutes les idées: soumettre la crème de Belém à un laboratoire d'analyse, faire de l'espionnage industriel en me déguisant en chef de la pâtisserie, kidnapper le chef et le faire parler, soudoyer le chef en faisant un emprunt à la banque... J'ai depuis fait plusieurs essais, mais je ne me souvenais tout simplement plus de la texture. Il faut dire que cela fait onze and que j'étais venu. 
Donc, depuis plus d'un an, je voulais retourner à Lisbonne pour réaliser un petit reportage uniquement sur les "pastéis" de la ville. Pourquoi tant de temps? Car je voulais y aller trois jours en semaine et avoir un beau soleil. Deux conditions que j'ai eu du mal à agencer avec mon emploi du temps.
Vous ne connaissez pas encore ces pâtisseries? Il s'agit d'un petit flan servi tiède (la plupart du temps) composé d'une pâte très croustillante avec un intérieur crémeux. C'est cette crème qui divise les pâtissiers, qui convainc les clients, qui rend fous certains blogueurs de cuisine... Je vous emmène donc avec moi au Portugal, pour découvrir les quelques différents "pastéis de nata" (un pastel au singulier) que proposent les pâtisseries les plus fameuses de Lisbonne. Nous irons également à Belém où se trouvent les plus connus d'entre tous: les "pastéis de Belém". J'ai obtenu un rendez-vous avec le responsable des relations publiques qui m'a fait visiter les coulisses de cet établissement connu dans le monde entier. C'était également le moment de lui poser des questions!

Si prendre un métro parisien était aussi simple pour se rendre à Lisbonne, je le ferais sans doute tout le temps...! Surtout pour dévorer des pastéis!


Mais c'est pourtant bien à Lisbonne que nous nous trouvons...!


Dès mon arrivée, je me précipite aussi vite que possible dans le petit tram qui m'emmène à Belém. Un soleil éblouissant pour un mois de janvier et des températures printanières. 




J'étais déjà venu à Belém en 2001, mais je me souvenais bien précisément de l'adresse de la fabrique de Pastéis de Belém.  




Cette maison a été fondée en 1837 quand les soeurs du monastère des Hiéronymites (situé en face) se sont mises à les vendre pour obtenir de l'argent.  



Pour éviter la foule, mieux vaut s'y rendre en semaine. Car le weekend, on peut attendre jusqu'à 3 heures pour avoir le bonheur de planter ses dents dans un pastel (enfin dans plusieurs, car si l'on y vient, c'est pour en manger au moins 4!!).




On m'habille d'une veste en plastique et d'une charlotte pour entrer dans la partie réservée aux employés. Me voici devant la fameuse porte qui permet l'accès au laboratoire du secret. Une double porte où les photos sont interdites. J'ai tout de même pu y jeter un oeil car personne ne préparait la crème. Mais rien à voir à part du matériel culinaire qui ne donne malheureusement aucun indice sur le fameux secret...


Dans les cuisines, on voit des bacs remplis de la pâte feuilletée préparée sur place. La pâte est roulée en un gros boudin.




Les cuisinières (il n'y ce jour là, que des femmes qui préparent la pâte), étirent le boudin qui se laisse faire. 




La pâte est incroyablement "plastique" et très étirable. 




Une fois obtenu le bon diamètre (3-4cm), il faut couper des tranches.




Voilà le travail! 




On répartit tout dans les moules à pastéis. Il y a 60 moules par plaques à pâtisseries. 




Tout est rangé avant que leurs collègues aux mains expertes ne prennent la relève. 





Avec un doigté particulier, il faut étaler la pâte dans le moule. Je le fais souvent pour les essais de mes pastéis (la recette arrivera bien un jour!) mais pas à cette vitesse là.




La pâte est ici très malléable. On se croirai un peu dans un atelier de poterie. La pâte fond pour prendre parfaitement la forme du moule. 




Voici celle qui est réputée pour aller le plus vite. C'était assez incroyable de la voir faire. 



On passe maintenant dans la salle où la crème attend. La crème est préparée la veille et laissée à refroidir toute une nuit au frais.



Un chef (celui-ci ne doit pas connaitre le secret de la crème, car chacun a sa tâche précise et il n'y a que 5 personnes à connaitre la recette) mélange bien cette crème vraiment incroyablement onctueuse.



Une consistance lisse et brillante. J'ai demandé à la goûter et elle a le goût de "danette" à la vanille... (Ajout d'avril 2012: c'est à ce moment précis que j'ai eu le déclic... La consistance, le goût, la brillance de la crème m'ont donné une foule d'indices. En refaisant mes essais récemment, j'ai fait un bond de géant grâce à la crème crue de Belém...)






Avec une petite grue, la bassine de crème bien froide est portée vers la machine qui remplit les pastéis.




Puis est vidée dans le réservoir. On voit sur la photo ci-dessous la bassine renversée. Les plaques à pâtisseries sont positionnées sur un tapis roulant.



Chaque petit moule est ainsi rempli à la machine. C'est d'ailleurs la seule manipulation robotisée dans cette pâtisserie. Il faut savoir que les macarons de Ladurée sont fabriquées avec des douilles robotisées.






Tout est bien rempli, il faut maintenant les cuire. 




Dans une grande salle bien ventilée, se trouvent les fours.


Le principal problème pour faire des pastéis: la cuisson! Les pastéis cuisent ici 20 minutes à 330-380°C...



On voit ici une plaque qui a besoin d'encore 4 minutes de cuisson.




Puis le pâtissier sort les plaques une à une. Il faut faire vite car il les cuit par 15... Donc 900 pastéis qui menacent de brûler. 



Tout est mis sur une échelle (c'est le nom de cet indispensable objet) le temps de laisser les pastéis refroidir.


Au bout de 15-20 minutes, les plaques sont disposées sur une grande table.






Puis sont démoulés et posés l'un sur l'autre. Cela permet de les ranger des boîtes pour les ventes à emporter et prend moins de place. Et si l'on se demande si les pastéis ne se collent pas entre eux, la réponse est non!







Après tout cela, je pense enfin mériter deux petits pastéis avec un café au lait.
C'est d'ailleurs à ce moment que le responsable des relations publiques, Miguel Clarinha et moi nous installons à une table pour quelques questions sur la maison. 

Bernard: Combien de "pastéis" vendez-vous en moyenne par jour?
Miguel Clarinha: Nous vendons ici près de 20.000 pastéis par jour. Ceci est une moyenne car il y les weekends où l'on vend plus.
B: J'ai lu sur internet qu'une équipe italienne avait réussi à retrouver la recette en analysant la composition secrète de vos pastéis dans les années 90. Entendez-vous beaucoup de ce genre d'aventures sur la folie qui règne autour du secret (moi y compris!!)?
M: On entend beaucoup d'histoires sur des gens qui trouvent le secret de la recette. Mais jusqu'à aujourd'hui je n'ai jamais goûté un pastel identique au notre. Donc jusqu'à preuve du contraire, personne n'a encore réussi! En tout cas si ils l'ont trouvé, ils l'ont gardé pour eux-même. On entend beaucoup de choses, comme il faudrait des oranges, des citrons, des pelures de patates. On lit beaucoup de choses à ce sujet, beaucoup de choses délirantes et amusantes. Mais je trouve intéressant et stimulant que tant de gens cherchent à percer le mystère de notre pâtisserie. De plus, ils parlent de nous de cette façon (rires)! Mais j'ai du mal à croire qu'ils y parviennent réellement. 
B: Une question que je me pose. Pourrait-on au moins les faire à la maison si l'on avait la recette. Utilisez-vous des produits que l'on trouve de façon courante? 
M: Le souci est que je ne connais pas moi-même la recette! Je suppose que oui. L'important est la qualité des produits et surtout l'assemblage. D'après le peu que j'ai appris, cela demanderait beaucoup de travail car il faut de la place pour la pâte, il faut du temps et des températures précises pour la crème. Je suis sûr que oui, on doit pouvoir les faire chez soi. Il n'y a rien à priori d'impossible à trouver au marché. 
B: Combien de personnes connaissent la recette des "pastéis de Belém"?
M: Cinq personnes. Il y a un chef à la retraite (B: c'est peut être lui que je dois kidnapper!!), trois chefs qui travaillent ici et se relaient et le manager principal de la fabrique. 
B: J'avais entendu également qu'il y avait des gens qui connaissaient une partie de la recette et d'autres la suite. Qu'en est-il exactement?
M: Non cela n'est pas vrai. Ces personnes connaissent toute la recette et personne ne connait juste une partie. Et les personnes qui la connaissent, font serment de ne jamais la dévoiler.
B: Avez-vous agrandi l'endroit au fur et à mesure des années? 
M: Oui. Au début du XIXème siècle, l'endroit était une raffinerie de sucre. Il y avait une petite boutique qui vendait les pastéis attachée à cette raffinerie. C'est là que tout a commencé et s'est mis à grandir devant le succès toujours plus important des pastéis. Et à la fin du même siècle, la raffinerie avait disparu laissant place uniquement à la boutique et à son espace de dégustation. Tout a grandi: les cuisines, l'espace de vente et les salons pour les clients. Nous avons aujourd'hui 160 personnes qui travaillent pour "Pastéis de Belém". C'est très grand et nous pensons pourtant encore agrandir le lieu!
B: Avez-vous pensé à ouvrir d'autres "pastelaria de Belém" ailleurs au Portugal ou à l'étranger?
M: Bien sûr nous y pensons, mais avant de nous lancer là dedans, il y a encore beaucoup de projets que nous avons pour notre boutique ici à Belém. Comme agrandir encore les salles, agencer pour y mettre un lieu d'attente (B: il ne faut pas oublier que c'est un peu la panique pour manger ici le weekend!!). Nous voulons également agrandir les cuisines pour pouvoir faire encore plus de pastéis. Nous préférons pour le moment créer des emplois ici et renforcer la marque, tirer profit du lieu et en faire quelque chose d'encore plus agréable. Après avoir fait tout cela, nous penserons plus sérieusement à ouvrir une branche ailleurs. Mais si nous le faisons, ce sera plus probablement à l'étranger, pas au Portugal. Nous verrons, mais pas avant les cinq prochaines années...
B: Depuis 1837, la maison a-t'elle essayé d'autres recettes de pastéis, avec une crème différente, au chocolat ou autre?
M: Non pas à ma connaissance. Je pense d'ailleurs que nous gâcherions le produit qui est déjà parfait et qui plait à tant de monde. La recette n'a d'ailleurs jamais changé depuis 1837. À part bien sûr les ustensiles qui sont plus modernes, les techniques, les règles d'hygiène et les contrôles de qualité, mais la recette ne change pas. Les ingrédients sont peut être un tout petit peu différents de ce que l'on trouvait en 1837. Mais à part ces détails, rien n'a vraiment changé. 
B: Vous fêtez vos 175 ans de la marque en 2012, faites vous quelque chose de particulier pour l'occasion?
M: Oui. Pas grand chose, nous allons faire une boite spéciale qui marquera cet anniversaire pour les ventes à emporter. On travaille sur différents designs pour en faire quelque chose de jolie!

Après cette conversation, Miguel m'a offert une boite de 6 pastéis. Ô Joie!! Je me suis quand même installé à une table,  commandé un café au lait et deux autres pastéis.




Et alors? Verdict? Oui c'est bon et très croustillant à l'extérieur et moelleux et chaud à l'intérieur. Mon souvenir était intact depuis 11 ans!




Pour se dégourdir les jambes, il faut se rendre à la magnifique 'tour de Belém". Construite au XVIème siècle pour garder l'entrée du port de Lisbonne et le monastère des Hiéronymites. 





Ce monastère est quant à lui, dans la ville de Belém (non pas au bord de l'eau), juste à côté de Pastéis de Belém. C'est donc une bonne excuse pour y retourner...!





De toute façon, la dégustation dans Belém n'est pas terminée... Car chaque année il y a un concours de "pastéis de nata", auquel la pâtisserie des "pastéis de Belém" ne participe pas, et le dernier gagnant est "Chique de Belém". 




Il fallait donc absolument goûter à ceux-là!



Alors hop, en terrasse pour un énième pastel avec un grand verre de jus d'orange pressée. 




La consistance n'a strictement rien à voir avec les précédents. Il en faut pour tous les goûts. 




Retour à Lisbonne pour découvrir les autres merveilleux pastéis.






L'un de ceux que j'ai personnellement préféré (et cela n'engage que moi!!) vient de la "Pastelaria Suiça" sur la Praça Dom Pedro IV.




La pâte feuilletée est bien croustillante, plus fine aussi (je pense surtout qu'il s'agit de vrais "tours de feuilletage" contrairement à Belém). 




L'intérieur est onctueux et parfumé. 




La "Confeitaria Nacional" sur la Praça da Figueira. 




J'ai pris soin de bien vous montrer les différences entre tous ces pastéis. 




Et ils heureusement tous différents. Il y a d'ailleurs pour moi autant de différences entre tous, pour inclure les Pastéis de Belém dans les Pastéis de Nata... Car pour beaucoup de monde, il y a d'un côté tous les pastéis de nata et de l'autre celui de Belém. Mais je dois bien dire que je ne suis pas d'accord avec ce point. C'est comme si l'on me disait qu'il y avait les macarons d'un côté et les macarons Ladurée de l'autre. 




J'ai beaucoup apprécié l'atmosphère surannée de la Confeitaria Nacional. 





Enfin pour finir ce petit tour des pastéis de la ville, il y a le "Café À Brasileira".



Si vous voulez goûter un pastéis très différent, il faut venir ici! 




Celui est très crémeux, presque liquide, très sucré et plein de jaunes d'oeufs. Très très bon aussi! 




En attendant que je revienne très vite à Lisbonne pour réaliser un reportage sur les autres aspects culinaires, je vous invite à goûter à ces délicieux petits flans. Il faudra être patient pour la recette sur le blog (ou LES recettes...) car je n'ai pas le four adéquat chez moi et je ne peux pas faire les essais que je veux. Il me faut donc me rendre dans la maison familiale pour pouvoir cuire les pastéis à la bonne température et enchainer les essais les uns après les autres... Mais j'ai beaucoup d'idées en réserve. Cela prendra le temps qu'il faut, mais je vous garantie que vous trouverez un jour sur mon blog de cuisine, plusieurs recettes de petits flans crémeux!!  


Et les miens dans tout cela pour le moment? J'en suis où? Voici une photo de mon dernier essai. Mais je ne suis pas encore satisfait et je ne publie pas encore! Alors je n'ai qu'un mot: Patience!! Le blog est encore là pour longtemps et nous avons tout le temps devant nous... 


56 commentaires :

Jean Paul Anna Maurel a dit…

Super beau reportage !! bravo Bernard !!!!!

Anonyme a dit…

les tiens sont largement aussi beaux que ceux du reportage,si tu continues à faire autant d'essais tu nous donnera une recette de pasteis de nata par jour de l'année!!!!

Anonyme a dit…

Merci beaucoup pour ce reportage, mon pays est magnifique e os pasteis de natas deliciosos.
obrigado
marjorie

Méli a dit…

Un reportage magnifique, merci de partager tout ça avec nous!

Beth a dit…

Bernard je suis ravie que ta aime mon apis d'enfance, ces pasteis de nata j'adore a chaque fois que je vais je mange à tombe malade,je suis comme toi j'ai essayé plusiures recette, mais rien j'ai juste une qui se resemble beaucoup et quand je fait à la maison elles partent très vite, si vous voulez essayé voici le lien!

http://ossaboresdabeth.blogspot.com/2009/02/pasteis-de-nata.html

si vous désirez la traduction je peut la faire et vous l'envoyé par mail, le mient c'est:

porto27@noos.fr

Sandrine Rouffiac a dit…

tu as pris combien de kg avec tout ca? tu te sacrifie vraiment pour nous ^^ Merci beaucoup pour ca reportage!

Stephanie Bautz a dit…

Génial ce reportage....ça donne encore plus envie d'en manger.....:-)

Méline Rochet a dit…

Sublime reportage! Merci!

Marjo Vb a dit…

muito bon

irène a dit…

Je vois que ton voyage a été constructif Patience patience je pense que tu vas y arriver, merci pour ce reportage tu es aussi pro en cuisine qu'en photo. Merci encore pour ce cours sur les macarons du 22 janvier c'était TOP Irène

Lucie a dit…

Super reportage :)

Sandrine Tutel a dit…

merci pour ce reportage alléchant et goûteux ............

Strega Delmare a dit…

A truly remarkable travel ! Who knew that the cakes were made with puff pastry!? I'm wondering if the filling has a special flavor....

François (AMIENS) a dit…

Merci Bernard pour ce beau voyage... qui donne des envies de dégustation! une pure gourmandise....

marine29170 a dit…

Magnifique reportage !!! Merci Bernard !! Tu me fais rêver...

Sylvie a dit…

Superbe reportage. Cela me donne envie de retourner à Lisbonne

Anonyme a dit…

Magnifique comme d'habitude, j'adore ce blog et en parle beaucoup autour de moi ! Pour moi, le meilleur de la blogosphère et de loin...
Bonne continuation et encore beaucoup beaucoup de recettes à nous faire découvrir.
Carine

Anonyme a dit…

magnifique reportage, images sublimes ou alléchantes,merci

wattoote a dit…

Sublime ce reportage Nous avons mangé les notres à Porto très bon aussi

Anonyme a dit…

Magnifique votre reportage ! surtout pour moi qui ai eu la chance de visiter Lisbonne en 2011.
Merci pour toutes les délicieuses recettes que vous partagez.
J'attends avec impatience celle des pasteis de nata.

Anonyme a dit…

Si vous publiez la recette, j'imprime tout de suite ! J'en ai testé chez Stohrer à Paris... pas bon du tout ! Comme quoi c'est un véritable métier, ces tartlettes ne s'improvisent pas!

yane a dit…

Superbe ton reportage bernard, mais dis donc, combien tu en a mangé des pasteis ??????
bizzzz

nath a dit…

Tout comme vous, j'en suis dingue...que ce soit les pasteis de Belem ou les pasteis de Nata...c'est la première chose que je mange au Portugal...Un délice inoubliable...
Très joli reportage et quelle change d'avoir visité les coulisses de cet établissement prestigieux...

100%Gourmande a dit…

Que de souvenirs et voyage mémorable
Merci de me replonger dans cette ambiance !!!

Mum je me souviens de cette pâte si fine ... et du crémeux la petite touche en plus avec le sucre glace et la cannelle ...

Dida Doo a dit…

a y regarder de plus prés, j'ai l'impression que la pâte feuilleté n'est pas une pâte feuilleté classique ça m'as l'air d’être une pâte étalé finement puis tartiner de beurre, je me trompe ?

Dida Doo a dit…

‎* pas de beurre mais de margarine plutôt...

Yane Alvarez Coer a dit…

j attends ta recette car même ceux que tu avais fait étaient superbes, même liquides !!!!.... :)

Liliane Thomas a dit…

Super reportage! écrits et photos top !

Cookismo a dit…

Je m'étais contentée de prendre place dans cette pâtisserie l'an dernier. Merci d'avoir dévoilé ses "coulisses" :)

Strega Delmare a dit…

They look fantastic!!But is it hard to make the recipe?

Boljo a dit…

La recette, la recette !

Mémoire vive - Etudes généalogiques a dit…

Merci voila qui me ramène quelques années en arrière lors d'une première visite à Lisbonne ! J'ai en mémoire la texture et le goût du pasteis de Belem ! Une véritable institution, mais qui ne déçoit pas ! Pasteis goutés également dans le quartier de l'Alfama, entouré de vieux lisboètes ! Je sens qu'une visite s'impose au printemps !

PiRoMa a dit…

D'origine portugaise, je suis aussi fan de ces pastéis mais j'avoue que découvrir les coulisses par le biais de ce reportage a été une vrai régal.Merci , merci, merci...Obrigada!!

Philo a dit…

waouh quelle chance !Tu sais que l'été 2010 je suis allée en vacances au Portugal rien que pour aller dans ce lieu mythe. Je peux te dire que j'en ai mangé l'équivalent de presque 1 par jour sur 2 semaines. J'adore tellement ça et de voir les coulisses c'est génial

Ipanama a dit…

Avec ton reportage, j'ai fait un bon en arrière et j'ai l'impression d'être retournée à Belem en vacances :)
Je me rappelle qu'on dégustait ces Pasteis avec autant de cannelle que de sucre glace par dessus, mmmm....
Bon dimanche Bernard !

Anonyme a dit…

J'habite à Lisbonne depuis 22 ans et je vous assure que les pastéis de Belém sont divins. Je les recommande à tous les bons appréciateurs.

Anonyme a dit…

tous les ans c'est le rendez vous incontournable pour nous les gourmands, que de bons souvenirs et encore merci à vous bernard , vous êtes génial !!!!! j adore votre blog !

Anonyme a dit…

super reportage!!!! magnifique pays et de délicieux pasteis!!!!! endroit incontournable de notre si belle "lisboa"!!!

brigitte a dit…

Nous étions la semaine dernière à Lisbonne et grâce à votre reportage nous avons goûté à plusieurs pastéis, quel régal ! Et c'est vrai que ceux de Belèm sont très très bons, la crème a une texture très onctueuse.
Je suis chocolatière et j'ai apprécié votre reportage chez Patrick Roger. Merci pour vos recettes, continuez !

bree13 a dit…

vivement la recette ! merci pour ces magnifiques photos !

jacquet a dit…

Merci de partager tes vacances gourmandes, tes photos reportages sont magnifiques!!!
stéph

Claude a dit…

Nous venons de rentrer de Lisbonne et nous étions bien sur à la Pasteria de Belem et je confirme quel délice par rapport aux autres pasteis j'en ai encore l'eau à la bouche. Très intéressant le reportage car le commun des mortels ne peut voir que la partie finale de la production : le démoulage des petits gâteaux. De toute façon nous avons décidé d'y retourner.

Marie-Jo a dit…

Je viens de recevoir mes moules à pastéis, vite, vite, faites d'autres essais, mais la recette est très attendue merci

chrissbasto a dit…

Ouai bon !!!
C est bien beau tout ça.....
Mais LA recette on l attend toujours et encore........

Anonyme a dit…

On connait bien les pasteis de Belem pour avoir vécu à Lisbonne et votre reportage nous met l'eau a la bouche ! c'est vrai que c'est un régal et on y retournerait bien juste pour ça !

Anonyme a dit…

Les Pasteis de Belem, on me les a fait gouter justes tiédis avec un soupçon de cannelle dessus!!! un vrai régal

Mag à l'eau a dit…

Ce n'est pas la 1ère fois que je vois un reportage sur les pasteis de Belem.

Ils sont certes encore meilleurs que les premiers pasteis de nata que j'ai goûté (en Angleterre !, et ils étaient déjà très très bons), mais je ne suis pas sûre que ce soient les meilleurs au monde.
Bien d'autres sont excellents, mais différents. Et et ne suis pas convaincue que le secret soit dans la crème.
La pâte m'intrigue beaucoup. En photo elle ne ressemble pas à une pâte feuilletée classique. On dirait plus une pâte levée-feuilletée, comme pour les croissants, probablement sucrée, et dont la consistance s'expliquerait par la température de cuisson.

Mais le plus étonnant dans cette pâtisserie, c'est la sensation que pâte et garniture ne font qu'une.

lilymoz a dit…

Chapeau pour le reportage, j'ai adoré!
Je vis au Mozambique depuis 3 ans ( ancienne colonie portugaise) et j'ai découvert les Pastéis de Nata ici.
Comme vous le dites, il y a autant de Pastéis différentes que de pâtissiers! Chacun ses goûts et ses préférences.
J'en raffole et j'ai hâte de retrouver votre recette sur votre site!
Merci encore pour toutes ces belles recettes que vous partagez!

Virginie a dit…

J'ai goûté les pastéis au mois de mai, lors d'un séjour à Lisbonne. Depuis, je guette la recette sur le blog! Vite, Bernard, la recette!!!!

Marie a dit…

Je vais à Lisbonne en août et mon passage par cette fabrique de pastéis va être obligatoire !! Merci pour ce reportage !!

Melyne a dit…

Alors, où en es-tu de cette recette ? Je reviens tout juste de Lisbonne où j'ai découvert ces fameux pasteïs plus une version aux amandes et je serais bien tentée d'essayer...;-)
Bonne journée

Aurélie a dit…

Superbe reportage!
De passage à Lisbonne l'été dernier, un arrêt obligatoire à la pasteis de Belem, c'est vrai que c'est un régal! J'ai adoré tes photos, voir les coulisses de ces fameuses pâtisseries.
Si tu retourne au Portugal, je te conseil Sintra (une ville magnifique à 30 km de Lisbonne) et les "travesseiros" de Pirikita, c'est un délice :)

Anonyme a dit…

Bonjour
Je reviens de Lisbonne et de Bêlem évidemment , très belles photos et reportage sur ces pastels que j'adore . Perso à Bêlem je les ai trouvées avec une pâte feuilletée plus grasse que les autres que j'ai goûté un peu partout au Portugal mais cela reste quand même un vrai délice .Brigitte

Anonyme a dit…

Magnifique reportage et superbes photos (ça met l'eau à la bouche), je cherche la recette depuis des années alors j'attends avec impatience la votre...
Je n'ai pas mangé de pasteis de Belem depuis 2008 et je n'ai qu'une idée en tete retourner à Lisbonne pour retrouver les saveurs de mon enfance.

isabreuille a dit…

En tout cas je ne crois pas que ce soit une simple bouillie à la vanille...pour ce qui est de la pâte moi je fais seulement deux tours sans la remettre au frigo entre les deux tours, mais après je la mets au frigo une nuit, et si elle ne ressemble pas à l'originale, elle est craquante et légère, quant à celles ou ceux qui disent que les leurs ressemblent beaucoup alors qu'ils les font avec une pâte achetée et utilisent seulement de la vanille...je doute, le gout est plus subtil si on utilise un zeste de citron et un bâton de cannelle ,mais à mon avis surtout pas de vanille

liz a dit…

bonjour
Je suis allée cet été à Lisbonne grâce à ce reportage j'ai goûté ces délices et j'attends avec impatience cette recette pour retrouver le goût de ce voyage. nous avons aussi goûté au restaurant des palourdes sautées à l'ail, vin blanc et coriandre fraîche, peut-être pourriez-vous rapporter la recette lors de votre prochain voyage ?... merci pour votre blog dont je parle à tout le monde.

Depuis Janvier 2010 ce sont plus de 450 recettes et 32 voyages culinaires que je vous ai préparés sur mon site avec plus de 13.000 photos!

Il y a maintenant plus d'un million et demi (!!) de visites mensuelles sur mon blog de cuisine! Merci!

Les textes, recettes et photos sont la propriété de Bernard et du site 'La Cuisine de Bernard'. Aucun droit de copie ou de réutilisation de tout ou partie de ce site sans autorisation!

Bonnes recettes à tous!

Inscription Newsletter Mensuelle